Written by tinou

Intro

Autant répondra à la question tout de suite, il n’y a pas UN bon choix. Votre kit dépendra de votre personnalité, de votre équipe et de votre budget. L’idée de ce guide est de vous donner une vision de ce qui existe et de vous donner des clés pour choisir le meilleur kit pour VOUS !

Je vous présenterai les critères pour choisir votre matos, quelques exemples de bons appareils sur le marché et les accessoires que je recommande. Je ne me prétends absolument pas experte matos vidéo, je vous partage juste les connaissances acquises après mon tour, les rencontres avec les différents pro et le visionnage de centaines de vidéo tech.

Ready ? Let’s dive in !

Tournage lors de mon tour La Clavette

 

Les critères

Voici une liste de critères à prendre en compte lors du choix de votre matériel.

Budget

Alors forcément, le premier critère est le budget, regardez combien vous pouvez mettre pour le matériel vidéo et ne vous inquiétez pas, même avec moins de 500e on peut déjà avoir un kit valable pour partir en tournage (oui oui oui).

La taille et le poids

En tant que Sensetoureur vous allez souvent vous déplacer et prendre des transports. Il vous faut donc un kit qui soit facilement transportable et qui ne prenne pas trop de place. En fonction du nombre de personnes (et des épaules de chacun) vous pouvez vous permettre d’avoir plus ou moins de matériel. Mais d’expérience, quand vous êtes sur une moto taxi pour monter la Sierra Nevada, vous n’avez pas envie d’avoir 20kg de matos vidéo sur le dos !

Aussi un petit appareil est plus discret et aura moins de chance de se faire voler qu’un gros appareil. De nombreux Sensetoureur se sont fait voler leur reflex sur la route alors pensez-y. De plus un petit appareil est moins intrusif quand vous filmez des étrangers, personne n’aime avoir un gros objectif pointé sur son nez.

Ecran et monitoring

Si vous partez seul-e pensez à avoir un matériel avec un écran orientable, de cette façon vous pourrez vérifier votre cadrage quand vous êtes devant la caméra. Certains utilisent aussi les nouvelles fonctions Wi-fi qui permettent de voir et contrôler son écran sur le téléphone.

Micros

On peut accepter une image de mauvaise qualité mais pas un son de mauvaise qualité (cf J’irai dormir chez vous). Le son est primordial dans vos enregistrements et pour cela pas de solution, prenez absolument un micro externe. Je vous décris plusieurs solutions plus bas. Si vous utilisez un micro, prenez un appareil avec une entrée mic-in. Vous pouvez aussi passer par un enregistreur externe et synchroniser lors du montage mais c’est quand même plus fastidieux.

Les modèles pro ont des entrées XLR. Une qualité supérieure qu’utilise la TV mais pour internet on peut s’en passer.

 

Monitoring son

Il est préférable de monitorer son son quand on enregistre une scène. Cad avoir un casque pour écouter ce que l’on enregistre. Cela permet de se rendre compte que son son est saturé ou qu’il y a trop de bruit dans la salle. Pour cela une prise casque est préférable, si vous n’en avez pas il existe des astuces mais c’est toujours un peu plus compliqué.

 

4k ou Full HD

Pour moi la 4K n’est pas forcément nécessaire, les fichiers sont 4x plus encombrants et il faut de très puissants PC pour faire le montage. Ce qui est compliqué car en général vous ne partez pas avec une tour d’ordinateur…De plus très peu de personne ont des écrans 4k.  Après, avoir de la 4k est aussi utile en 1080p, cela vous permet de faire des recadrages différents lors du montage tout en gardant une bonne qualité d’image.

Si c’est un détail important pour vous, regardez les caractéristiques des appareils.

Sur certains modèles, les constructeurs font payer une mise à jour logicielle qui permet de filmer en 4 k (Sony sur ses caméra pro par ex.).

Temps d’enregistrement et batteries

On n’y pense peu mais le temps d’enregistrement varie d’un appareil à un autre. Par exemple les appareils photos sont souvent limités à 30 minutes d’enregistrement, ce qui peut être gênant si vous tournez une longue interview et que vous oubliez de relancer l’enregistrement. Rien de pire que de se rendre compte que l’on raté une vidéo après une journée de tournage.

De même avec la batterie, si vous ne pouvez tourner que 10 minutes avant que la batterie s’épuise vous allez vite être frustré. Sachant que vous partirez peut être dans une zone sans électricité pendant plusieurs jours.

Stabilisation

Si vous ne voulez pas donner le mal de mer à vos spectateurs, il y a 3 solutions :

– Filmer sur trépied et faire des plan fixes, les reportages TV fonctionnent beaucoup comme ça.

– Avoir un appareil stabilité, c’est-à-dire que votre appareil va absorber les vibrations et votre image sera stabilisée. Tous les appareils sont plus ou moins stabilisés mais il vaut mieux regarder des tests vidéo ou tester en magasin pour vérifier la qualité. Si vous voulez un style Vlog, il est préférable d’avoir une bonne stabilisation interne.

– Des accessoires de stabilisation, cela vous permet de faire des images qui « volent ». On peut aller très loin comme Devin Supertramp et son glidecam. Il existe des solutions comme le DJI Osmo ou le Merlin qui sont de bons steadicam mais faites attention au poids et à l’ergonomie. Sans compter qu’il faut un peu d’entrainement pour faire de beaux plans.

Simplicité

N’oubliez pas de prendre en compte vos connaissances en photographie. Voulez-vous un appareil simple qui marche à tous les coups ou un appareil plus complexe qui ne vous limitera pas ? Cela dépend de vous, l’important est de se connaître et de prendre du plaisir à filmer.

Certains appareils seront bien plus faciles à prendre en main, utilisent un seul objectif et vous assureront une image toujours correcte. Il vaut mieux une image propre plutôt qu’une scène ratée car on a voulu faire du Scorsese et que finalement son sujet est hors focus.

Mais si vous êtes un peu technicien avec une petite âme d’artiste, votre tour sera un super terrain d’expérimentation, essayez des plans originaux, apprenez les règles techniques et n’ayez pas peur de ne pas les respecter. Il y a vraiment de quoi s’amuser.

 

 

 

Type d’appareil

Les smartphones

De nos jours les smartphones ont une image assez époustouflante et avec un peu de créativité et quelques accessoires ont peu déjà faire de très belles choses. Essayez quand même de prendre un micro externe (voir les solutions RODE) car le son des micros internes est quand même limité.

Samsung, Iphone et Sony ont des algorithmes photo qui tiennent bien la route. Après il existe pleins de marques à tester. (Un retour sur la vidéo du Fairphone ?)

Les compacts

La solution du vidéaste minimaliste et baroudeur, le compact expert. Des appareils qui tiennent dans la poche et qui intéressent moins les voleurs. De nos jours Canon et Sony font de supers modèles avec une image très pro et un micro pas trop mauvais si les conditions sont bonnes (intérieur, pas beaucoup de variation). Vous pouvez aussi utiliser ces appareils comme seconde caméra. Lors de mon tour, les images extérieures étaient toutes enregistrées avec mon G7X de Canon. Les vidéos Story Hopper de Dave Hakkens sont d’ailleurs tournées entièrement avec son Canon S210, un appareil très accessible. La grande limite des compacts est le son (pas d’entrée Micro) et le temps d’enregistrement continu, pas très recommandé pour faire de longues interviews.

Les deux têtes d’affiches :

Le G7X de Canon

Le RX100 de Sony

Les hybrides

Si vous voulez combiner petite taille, belles images et prise micro, vous pouvez partir sur des hybrides. Des appareils semblables aux reflex mais sans miroir (mirrorless), ce qui réduit leur encombrement. Pour des distances focales équivalentes, la taille des objectifs est aussi drastiquement réduite par rapport aux reflex. Pour des personnes comme moi qui ont de petites mains proportionnelles à mon 1m60, c’est un vrai avantage. Les constructeurs se sont améliorés et maintenant certains boîtiers dépassent facilement la qualité d’un reflex semi-pro. Il y a deux grandes marques quand on parle de vidéo : Panasonic et Sony. Les objectifs peuvent être un peu onéreux mais les gammes n’arrêtent pas de s’agrandir et on peut trouver des objectifs d’occasion.

 

A6500 et A7 de Sony

 

G80 (anciennement G7) et GH5 (anciennement GH4) de Lumix Panasonic

 

 

 

 

Les appareils reflex

Un grand classique, de plus en plus de personnes filment avec un reflex, même dans le cinéma. Certains modèles sont prévus pour ça et les reflex sont les appareils qui vous donneront le look le plus « cinématique » car leurs capteurs sont grands et font rentrer plein de lumière donc on a de beaux bokehs. Par contre il y a souvent de nombreux réglages et je ne vous raconte pas le nombre de backpacker que j’ai rencontré qui se sont fait voler leur matos. Ce sont des appareils qui peuvent vite être un peu encombrant quand on part en trek surtout si on y ajoute plusieurs objectifs. Canon est très connu pour la qualité vidéo de ses reflex et la gamme d’objectif est très large et avec beaucoup d’occasion.

Le 80D et le 5D (la star) de Canon.

La caméra semi-pro

Finalement pour faire de la vidéo, pourquoi ne pas prendre une caméra ? Les caméras incluent des fonctions qu’on est obligé d’acheter en plus sur d’autres appareils. Elles ont par exemple plusieurs entrées audio (XLR), une poignée de transport et surtout un temps d’enregistrement illimité. Ce sont souvent des appareils qu’on allume et hop on est prêt à enregistrer et ça marche bien 99% du temps car il y a peu de flou sur l’image et le son est top.

Le gros point négatif est la photo, bien que les caméras puissent prendre des photos, celles-ci sont vraiment de qualité inférieure, presque inexploitable.

L’image en générale est moins « dramatique », vous aurez une belle image mais pas aussi sexy que ce que vous pourriez obtenir sur un reflex ou un hybride surtout en termes de bokeh (arrière-plan flouté).

Bien que les caméras soient souvent assez encombrantes, il existe 2 lignes de taille assez compacte pour être utilisés en voyage : les sony PXW-X70 et la gamme XA de Canon, XA10, XA20 et XA30.

 

 

PXW-X70 de Sony

 

 XA30 de Canon

 

 

 

Les accessoires

L’appareil ne fait pas tout, il faut aussi choisir ses accessoires, voici quelques pistes.

Son

Les micros-cravates

Pour enregistrer ses interviews, rien de mieux que le micro-cravate (ou lavalier). Les versions filaires commencent à 30€ et les versions sans fil montent facilement à 350€. C’est un grand classique en journalisme et ça permet un son clair et compréhensible.

Audio-Technica ATR-3350

Rode RodeLink Filmmaker Kit

Les micros canon

L’objectif du micro canon est d’être fixé sur l’appareil et d’enregistrer ce qui est devant lui (enregistrement cardioïde ou super-cardioïde). Une solution tout terrain qui permet d’enregistrer les personnes rapidement sans avoir à les câbler. Cela permet aussi d’enregistrer les bruits d’ambiance. De nombreux Youtubeurs fonctionnent juste avec ce type de micro comme Nas Daily. La gamme RODE est large et très réputée pour les entrées en 3.5mm, il y en a pour tous les prix.

Les enregistreurs

Un enregistreur peut être utilisé de deux façons :

– Soit enregistrer directement le son, les micros sont souvent de bonnes qualités même sur les premiers prix.

– Servir d’interface et enregistrer le son d’un micro branché sur l’enregistreur.

L’enregistreur permet d’avoir un son de bonne qualité si son appareil n’a pas de prise micro. Les haut de gamme ont même des entrée XLR si vous voulez utiliser de supers micros. Ces enregistreurs permettent aussi d’enregistrer des fichiers audio pour la voix-off ou pour des entretiens non filmés. Deux marques sont réputées : Zoom et Tascam.

 

Zoom H1n

 

Tascam DR-40

 

Trépieds

On trouve des trépieds compacts comme le BeFree de Manfrotto. Il est préférable de prendre un modèle en alu/magnésium ou si vous avez le budget en carbone.

 

Befree de Manfrotto

 

Mais d’après moi, le meilleur ami du backpacker est le Gorillapod ! Ces petites bêtes s’installent partout, s’accrochent aux branches et sont très portables. Bien sûr elles ne sont pas très hautes mais il suffit de faire preuve d’imagination, utilisez une moto comme support, accrochez-la à une rambarde ou encore mettez-là sur le dos d’un chameau, hop le problème est réglé ! Prenez bien un Gorillapod correspondant au poids de votre appareil sinon vous pourriez avoir de mauvaises surprises…

Gorillapod de sortie

Disques durs

N’oubliez jamais de partir avec des disques durs ! Premièrement pour augmenter votre espace de stockage mais surtout pour faire des sauvegardes. Imaginez si on vous vole votre PC et que vous perdez tout votre travail. Les vidéastes expérimentés n’hésitent pas à prendre 2 disques durs avec eux et à toujours les mettre dans deux différents endroits. D’autres envoient un disque dur chez eux tous les mois pour être sûr de ne pas perdre leur travail. Better be safe than sorry…

Last tips

1.      Tu te poses cette question ? Tu n’es pas le seul.

N’hésitez pas à regarder les (millions de) tests Youtube avant de faire votre choix.

Allez, deux chaînes sympas pour choisir son matos (in english) :

DSLR Video Shooter

Think Media

 

2.      Let’s go to the mall!

Allez dans des magasins pour tester votre matériel. Des magasins comme Le Cirque à Paris sauront vous donner de nombreux conseils et ont beaucoup de matériel en magasin que vous pourrez tester.

3.  “À quoi ça sert d’imaginer des vêtements si on peut rien faire
dedans ?”

Suivez le conseil Petit Bateau et achetez du matériel pour faire des choses avec. Si vous avez du super matos mais que vous ne l’utilisez jamais car c’est trop lourd/compliqué/risqué (barrez la mention inutile) alors cela ne sert à rien.

4.      It’s not about the money, money, money.

Le matériel est une chose mais votre talent et votre créativité, c’est cela qui fera des vidéos de qualité. Le budget n’est pas une excuse, même avec un téléphone on voit déjà des Youtubeurs faire des vidéos excellentes.

5.      Used is the new new.

N’ayez pas peur d’acheter du matériel d’occasion, les vidéastes changent souvent de matériel et on peut trouver de bonnes affaires en ligne. Vous pouvez aussi regarder les sites occasion de certains magasins comme la FNAC. Vous aurez une meilleure garantie si acheter d’occasion vous fait peur.

6.      The real beauty is inside

Un bon conseil que l’on m’a donné est “d’abimer” son matériel. Vous pouvez faire comme Casey Neisat qui grave son nom sur ses appareils (un peu extrême) ou simplement mettre du masking tape (vendu en magasin art déco). De cette façon les voleurs seront moins intéressés surtout quand vous mettez de la déco un peu girly et que vous cachez les noms de marque.

7.      Have fun !

N’oubliez jamais que vous faites aussi ça pour vous alors ne vous prenez pas trop au sérieux et amusez-vous, cela se ressentira dans vos vidéos.

 

 

Le matos des autres sensetoureurs

La Clavette

Matos

  • Canon XA20
  • Canon G7X
  • Rode Link Filmaker (micro cravate HF)
  • AT845 AudioTechnica
  • Zoom H2n
  • Gorillapod

Feedbacks

Caméra très pratique pas de soucis avec. Par contre étant seule je n’étais pas à l’aise pour la sortir dans la rue, je l’ai surtout utilisé quand je faisais les interviews. Le G7x m’a été super pratique, je l’avais toujours sur moi pour filmer des plans d’illustration. Il manque un peu de batterie mais si on en prend 2-3 ça va. Pour le son, le micro cravate est un must, le sans fil est un luxe mais agréable. J’ai rarement utilisé les pistes du micro canon. J’avais un trépied au début mais je l’ai vite lâché pour n’utiliser que mon Gorillapod.

Maintenant je suis passée à une solution G80 de lumix pour faire de la photo et vidéo avec le même boitier.

 

Isabelle

Oldysey

Matos

  • Sony Alpha 6500 + Objectif 50mm 1.8 + 18-50mm Sigma
  • iPhone et appli filmic pro
  • Micro cravate
  • Zoom H4n + Bonnette anti vent

Feedbacks

Camera : On a le Sony Alpha 6500 beaucoup plus compact et léger qu’un reflex, et tout aussi bien voir mieux que la plupart pour la vidéo.

iPhone très cool pour filmer en toute occasion, les plus récents sont stabilisés, filmer avec l’appli filmic pro pour maitriser tous les réglages.

 

Niveau son micro cravate indispensable pour régler problème de vent et environnements bruyant, zoom h4n pour tout ce qui est hors interview, ne pas oublier la bonnette anti vent.

On aimerait bien tester le micro cravate sans fil

Un truc qui fait gagner énormément de temps, le logiciel plural eyes pour synchroniser des heures de rush avec la bande son externe, même quand elle dure 2h et que plusieurs cameras filment en même temps. Plus besoin de clapet avec ça, c’est magique. On obtient tout bien arrangé directement sur la timeline première pro. Un peu cher mais moins 50% avec réduction étudiante, demander à un ami.

Adobe audition pour réduire le bruit

 

Pour la colorimètrie : cracker les filtres VSCO et les intégrer dans première pour obtenir une qualité cinéma.

 

Clément

Waste Pickers

Matos

  • Canon 600D (économique -300€ d’occaz- mais pas de prise casque)
  • un micro canon (qui est toujours fixé à mon appareil photo)
  • un micro enregistreur Zoom
  • un micro cravate sans fil
  • une cross vidéo “minimaliste”
  • Canon 600D (économique -300€ d’occaz- mais pas de prise casque)
  • un micro canon (qui est toujours fixé à mon appareil photo)
  • un micro enregistreur Zoom
  • un micro cravate sans fil
  • une cross vidéo “minimaliste”